Expo 2014 – Thierry Gaufillet

/Expo 2014 – Thierry Gaufillet
Expo 2014 – Thierry Gaufillet2017-04-25T03:01:36+00:00

 

Visiter la galerie

 

La BD, c’est pas que de la BD…

Thierry Gaufillet né le 7 novembre 1959 publie ses premiers dessins :

• D’une part, dans la presse Dijonnaise au début des années quatre-vingt, avec entre autre, les Aventures de Woody Alien le prématuré de l’espace dans « La Bourgogne Républicaine », journal (coopérative ouvrière) alors tout nouveau-né d’une lutte syndicale destinée maintenir dans la région Bourgogne, le pluralisme de la presse contre la mainmise des grands groupes sur la presse régionale.

• D’autre part dans le journal « Détente » grâce à Jean-Pierre Mary qui dirige alors la destinée de ce petit hebdomadaire gratuit Auxerrois, et une petite chienne nommée « Sucette ».

Collaboration à Radio Commande magazine mensuel national.

Prix Alfred Avenir à Angoulême en 1986. Pour trois planches couleurs sous le titre « Bleue Marine ». Toute ressemblance… (hum, sans commentaires !). Tardi président du jury. Ces trois planches, la découverte du château de Maulnes et d’une petite société auxerroise qui lui fait découvrir les mystères de l’eau, marquent le début d’une quête…

Création du personnage Héon le Caméléomme avec Winny Shaim, scénariste. 6 planches publiées dans Métal Hurlant (directeur de Collection d’alors : Bruno Lecygne) sous le titre « Mourir d’Amour ». De cette union, un album mort-né : Neige Noire. Héon et ses 38 planches couleurs sont victimes du vent qui souffle sur la presse et l’édition.

Collaboration à l’Yonne républicaine pour plusieurs séries d’illustrations et dessins de Presse (illustrations de textes sur l’Histoire locale d’André Ségaud et Alain Noël entre autres). Rédacteur en chef de l’époque Gilles d’Auxerre. Les textes d’André Ségaud et les illustrations feront l’objet de plusieurs publications aux éditions l’Yonne Républicaine et Alan Sutton.

Création du personnage de BD Narcisse Pétron. L’histoire d’un SDF très marginal sur les rives de l’Yonne à Auxerre. Encrage : Patrick Camus. Yonne Magazine. Le personnage aura une vie courte compte tenu de son hygiène de vie… et d’une certaine hostilité de la part de la direction du journal.

L’épopée Sénone. Parue en 1991 et éditée par la Jeune Chambre Économique de Sens. 100 000 ans d’histoire pour cette ville qui fête cette année les 850 ans de sa cathédrale cette année. En collaboration avec Bernard Brousse pour le contenu historique et Patrick Camus pour le lettrage et quelques décors. La BD sera intégralement publiée dans le magazine de l’Yonne Républicaine quelques années plus tard.

Années 90-2000 :

Collaboration avec le Journal de Saône-et-Loire : illustrations de feuilletons tirés de plusieurs romans d’écrivains des Terroirs Bourguignon et Franc-comtois repris dans l’hebdo du journal « Samedi et Compagnie » créé sur le modèle du Mag de L’Yonne Républicaine. Des romans d’Henri Vincenot, Bernard Clavel, Christian Delval, André Besson, Christian Signol, Didier Cornaille, Roger Semet… Rédacteur en chef de l’époque : Michel Limoges.

Collaboration à la revue d’histoire locale et de généalogie « Au Fil de l’Yonne » crée par Alain Noël (rien à voir avec la revue du Conseil Général qui en reprendra le titre). Nombreux dessins au lavis.

Collaboration régulière avec le Festicart’ d’Enghien les Bains. Président Jean-Pierre Bousquet. Une quinzaine de cartes postales éditées à ce jour.

Collaboration avec l’association Cap sur Lindry pour plusieurs publications dont un ouvrage sur le résistant lindrycois Robert Bailly et un recueil de lettres d’un Poilu de Lindry écrites dans les tranchées : « Lettres à Lucie ».

Grand Prix de la ville d’Enghien au Festival International de la Carte Postale et du Graphisme d’Enghien les Bains en 2010.

Au tournant du troisième millénaire,

Et après des années de quête, Thierry Gaufillet découvre la pierre philosophale grâce à Claude Bailly, militant de la culture et de l’égalité sociale entre les humains, qui lui fait découvrir la Peinture Murale sur le mur nord de l’église Sainte-Geneviève de Lindry. Une peinture de 500 ans d’âge, codée sur plusieurs niveaux et qui le conduira un peu plus loin dans les univers parallèles au-delà du temps et l’amènera à explorer les peintures murales de la région de Puisaye Forterre en partenariat avec le réseau des Peintures Murales de Puisaye et en compagnie :

• De la bienveillante énergie de Claude Bailly, président de CAP, dessinateur à ses heures également et créateur de Collages Artistiques Merveilleux, sans aucun doute une déformation de sa vie militante nocturne.

• De Thierry Piq, vidéaste à Bourgogne-Image et réalisateur du film « Voyage au Pays des Peintures Murales » entre autres.

• Et de Denis Brenot, Photographe de talent touché de plein fouet par le virus PMP (peintures murales de Puisaye).

Une BD est en préparation sur le thème des mystérieuses Peintures Murales de Puisaye.

Depuis trois ans participation à la manifestation auxerroise Auxerre fait son Angoulême qui se veut une fête de la BD locale. Partenaires : Mouv’Art, la Bibliothèque Municipale, la MJC St Pierre, la Maison de Quartier des Piedalloues, Espérance Yonne et la ville d’Auxerre. Avec le challenge phare : les 24 h BD où des fous de BD, auteurs, dessinateurs, scénaristes et éditeurs du cru ou tout simplement passionnés créent ensemble sur 24 h, 24 pages BD : Sean O’Brien, Romain Gondy, Dominik Vallet, Clément Diollot, Julien Métaut, Marion Berry, Jo Hell, Patrick Maniez, Cédric Basset, Gaspard Chaumette, Grégory Pasquier, Alexandre Prévot entre autres ainsi que sa fille Anouck qui s’est piquée au jeu cette année.

Il tient aussi à citer les nombreuses bibliothèques municipales, la BDY, les écoles et les centres de loisirs qui l’ont accueilli pour des rencontres avec les enfants du département au fil de ces années, avec une pensée particulière pour Jean-Claude Maréchal Grand-Maître discret de la librairie La Pieuvre à Auxerre qui l’a toujours soutenu et encouragé.

Thierry Gaufillet qui fuit les forces la de gravitation urbaine et revendique sa trouille du trou noir parisien ainsi que ses racines icaunaises en conclura que ses plus belles créations restent néanmoins ses quatre enfants, Clémentine, Robin, Pernelle, et Anouck mijotés avec sa petite femme Muriel, dans l’ombre de la Grande dame de Pontigny qui fête, cette année ses 900 ans.

Voilà vous savez tout… ou presque !